Ouverture - FR

vb3Charles Quint (Audio)
Download: € 6.99
lk5Charles Quint (Video)
Download: € 7.99

Met motieven uit de Opera.

Geert Soenen

• Maître d'orchestre Geert Soenen explique le cois pour Van Miry's Charles Quint:



 
 

1e ACT

Au lever du rideau nous voyons le camp de l’armée espagnole au pied des murs de Gand. Nous sommes face à la tente de l’Empereur Charles Quint. A l’arrière, l’Escaut et quelques bateaux. A l’horizon la ville de Gand.

• Geert Soenen à propos du premier acte assez fulminant de Charles  Quint:

• Soenen au sujet  des éléments stylistiques  qui influencent Charles Quint , comme le Nabucco et autres oeuvres Verdiennes, mélangées avec le grand’Opéra de  Auber  comme  La Muette de Portici et autres. Mais il y a aussi une autre influence, dit Soenen:

• Soenen explique comment le premier acte est fondamental   pour la suite de cet opéra:

Charles V before Gand

Le jour se lève et les soldats montent la garde devant la tente imperiale. Le camp s’éveille. Les pêcheurs et les agriculteurs viennent approvisionner le camp. Parmis  eux  se trouve le jeune pêcheur Johan dont la voix résonne joyeusement accompagnée au piano. (Pas de harpe comme chez Verdi.) Il vante son poisson et chante son bonheur: “Vogue, vogue, barque légère”. Peu à peu la place se remplit de maraichers qui viennent offrir leurs fruits et leurs légumes. (Choeur: “Voici le jour qui vient de naître.”)


Vincent Bertrand12

L’Empereur apparaît, accompagné de son chapelain, et chante un bref Allegro martial: “Fière cite de Gand”. indiquant que la fière et orgueilleuse cité voulait se révolter. Ces murs qui semblent l’offenser vont bientôt être conquis. Mais l’Empereur  est soucié et obsédé par un mauvais rêve. Dans une belle ”Romance  dramatique” (“Toujours en proie aux funèbres songes”) il dit: “Quand j’ordonne l’Europe tremble. Mais la nuit je suis comme un enfant et j’ai peur. Je vois des éclairs et le sol sous mes pieds se fend tandis que les bras vengeurs des morts essayent de m’attraper”. Il supplie le Tout - Puissant d’avoir pitié, car le mauvais rêve continue à le hanter.

 

Au loin nous entendons la voix séduisante de Marguerite Van Ghest, petite-fille du doyen des bateliers qui s’est déguisée en Bohémienne parmis le peuple et les  gitans  pour prédire la bonne fortune. L’Empereur se tourne vers cette  belle voix: “Eh mais, n’est-ce pas la voix sans pareille de la Bohémienne au regard séduisant ?”…Marguerite van Ghest (Margereta odf Austria) disguised as gypsy

Pour oublier ses idées noires l’Empereur laisse les gitans s’approcher . Marguerite laisse entendre qu’ils ont le don de prédire l’avenir. Et l’Empereur se fait amener un siege pour profiter du ballet: PAS  BOHEMIEN.

Tenor Denzil Delaere who sings fisherman Johan in the Lyrica Gand premiere of Karel Miry's 'Charles Quint' (© 2012 Denzil Delaere)

Marguerite chante alors un Boléro brillant  aux  coloratures virtuoses: (“Je suis enfant de la Bohème”) et précise qu’elle peut expliquer tous les mystères. L’Empereur est ravi de sa présence et de ses talents. Johan, le jeune pêcheur ,est surpris de voir Marguerite Van Ghest – avec qui il entretient une tendre relation – et de la trouver ainsi déguisée. Il lui demande une explication , mais comme elle ne  peut-y répondre en ce moment  sa curiosité est d’autant plus grande.

 

AmaryllisGregoireMarguerite

Marguerite, l’Empereur, Johan et les soldats entament un Allegretto particulièrement gracieux et pétillant: la chance sourit à Marguerite, car elle a deviné les tourments de l’Empereur (via des rumeurs rapportées dans l’auberge de son père) et peut l’empècher de tomber dans le piège (qui lui sera tendu). Johan ne comprend rien à la situation mais l’Empereur Charles reprend espoir. Tout le monde est ravi de la”Bohémienne”.

 

Dans une courte scène déclamée l’Empereur s’adresse à elle pour connaître l’avenir et l’interprétation de ses rêves. Marguerite lui explique que ”l’avenir est son domaine” tandis que Johan ne comprend rien. L’ensemble est repris.

Charles V (1620 Anthony van Dyck)

L’Allegro agitato évoque la terreur des démons, des monsters et des fantômes dans les rêves de l’Empereur. Marguerite le met en garde: il doit se méfier et faire attention: “Prenez garde et prudence, car ce que ma science vous prédira, arrivera”.  Ceci de nouveau en une BALLADE aux coloratures virtuosos et difficiles, accompagnée par le Choeur: “Quand le ciel est pur”.

• Geert Soenen parle du rêve de Charles V:

Marguerite (Margeita of Austria as fortune teller (The fortune teller ? Painting byKimbell)

La fin du premier acte s’annonce: ”Allegro martiale”. L’Empereur a repris courage . Il remercie Marguerite pour ses bons conseils et sa confiance. Une amitié un peu magique, inexpliquée et encore peu définie est en train de naître. Elle s’enfuit au son des clairons. Arrivent les Magistrats, Échevins, Clercs et Gantois et Van Ghest, grand-père de Marguerite,  doyen des bateliers,  qui   sur un cousin en velours rouge, apporte à Charles Quint les clés de la ville comme signe de leur soumission à son autorité. Choeur: “Au nom de la cite soumise”. Van Ghest prononce ces  humbles paroles: “Par ma bouche, invoquant votre miséricorde, de ses portes, Seigneur, Gand Vous offer les clés. Comme un gage éternel de paix et de concorde”.

L’Empereur accepte cette soumission mais leur demande d’annoncer à  leurs  fameux tribuns   que demain il paraîtra

Van Ghest murmure, à part: “Demain, tu périras!”

Dans le  CHOEUR  FINAL les Espagnols chantent  un hymne triomphal  à la victoire, les combats et la gloire: “Chantons la victoire”.)

A l’arrière defile l’armée imperiale.

2e ACT

Herberg de Rode Toren © 2009 VIOE (onroerenderfgoed.be)

Nous sommes au marché du vendredi dans l'auberge de la”Tour Rouge". (Ce bâtiment existe toujours au carrefour de la Vrijdagmarkt et de la Kammerstraat.)

Un escalier en colimaçon dans une tourelle descend vers la rivière. La mise en scène masque les personnes qui empruntent l'escalier de telle sorte qu'elles ne peuvent être vues par les acteurs sur la scène. C'est le crépuscule.

Une variante du thème de l'ouverture accompagne le personnage central de la tragédie:

 

 

Van Ghest, seul dans son auberge il rêve de se venger depuis des années du prince devenu le tout-puissant empereur Charles, qui il y a vingt ans profita de son hospitalité pour déshonorer sa fille bien-aimée, Récitatif: “J'ai vu passer vingt ans sur ma tête blanchie" et l'aria «Pauvre fleur au printemps brisé", 

Il nous apprend que la mère de Marguerite (qui mourut en couche) était en fait la fille de Van Ghest (Marguerite est donc sa petite-fille.)

Karl V with his mistress Johanna van der Gheynst (detail) © Paleis voor Schone Kunsten Gent)

Pendant toutes ces années, sa colère et sa haine rongèrent son coeur de père. Il attend avec impatience ce prince devenu l'empereur Charles V qui entrera demain en vainqueur dans la ville de Gand pour se venger et effacer sa honte.

Ses réflexions sont interrompues par l'arrivée de Johan, toujours troublé par l'attitude de sa bien-aimée Marguerite, déguisée en Bohémienne. Il s'adresse à Van Ghest”. Je viens  prendre chez toi, notre  digne  doyen , un instant de repos”:

Comme Van Ghest semble très abattu, il n'ose prendre de ses nouvelles ni de celles de sa fille.. Van Ghest lui sert une bière sans toutefois comme d'habitude trinquer avec lui. Il a trop de choses à régler mais Marguerite lui tiendra compagnie pendant qu'il s'absentera un instant.. En attendant sa bien-aimée Johan chante à son intention  son grand air “Dieu des amours".

Repetition avec tenor Denzil Delaere:



Delaere chante l'air complet:

Marguerite descends the stairs  2010 Susan 10 (nationalgeographic.nl)

Il supplie Dieu de l'aider à surmonter ses doutes et que l'amour de Marguerite lui soit acquis pour toujours.

Marguerite descend l'escalier en colimaçon, une lampe allumée dans sa main et découvre qu'elle est seule avec son prétendant. Néanmoins elle esquive ses questions. Elle gagne du temps car elle ne peut lui confier son secret. Quelques instants plus tard, les amis bateliers, les collègues de Van Ghest, arrivent à l'auberge et profitent de son absence pour essayer de flirter avec Marguerite: « Gais Bateliers » -”Moi Je Veux Un Baiser Moi, J'en Veux deux -..De grâce, laissez – moi", supplie-t-elle.

Johan riposte car il ne supporte pas que ces hommes fassent la cour à Marguerite: « Quelle audace! Bateliers, Assez, finissez!). Mais subitement tout le monde se tait quand Van Ghest revient dans l'auberge. Il fait servir à boire à tout le monde et renvoit Marguerite. Johan insiste pour connaître le secret de Marguerite car il doit partir pour 8 jours. Elle lui promet de tout lui raconter à son retour. Ainsi réconforté, il s'en va.



Laurent Kubla (bt) who sings Van Ghest in the Lyrica Gent premiere of Karel Miry's opera Charles Quint (© 2012 Laurent Kubla)

Les bateliers entonnent leur chant favori: « Gai Bateliers » et l'un d'eux suggère que Van Ghest chantera le refrain populaire anti-espagnols”Le Chant de la Révolte”,. Le texte des”couplets de Van Ghest”ne laisse aucun doute sur les intentions: “Loin du pays de Flandre, Fier Espagnol, Hâte-toi de reprendre, Bientôt le vol. Ton pouvoir despotique, Nous le bravons. Et ton sceptre impudique , Nous le brisons. Chassons de la patrie une race ennemie. L’Espagne aux Castillans, Et la Flandre aux Flamands":


“Loin du pays de Flandre,

Fier   Espagnol,
Hâte-toi de reprendr
Bientôt  ton vol
Ton pouvoir despotiqu
Nous le bravons
Et ton sceptre impudiqu
Nous le brisons
Chassond de la patri
Une race ennemie
L’Espagne aux  Castillan
Et la Flandre aux  Flamands!”

L'ensemble des choristes s'en donnent à coeur joie: « L’Espagne aux Espagnols et la Flandre aux Flamands!”. Le ton est donné , la population flamande est fermement décidée à chasser les espagnols au plus vite pour en revenir à une Espagne aux Castillans et une Flandre aux Flamands.

On entend sonner le couvre-feu, puis une marche indiquant que la ronde de nuit passe. Tout le monde sort excepté Van Ghest qui va soigneusement fermer la porte.

Van Ghest , resté  seul, chante son  grand monologue:  « Enfin ils sont partis » et explique comment avec un groupe de conspirateurs il a préparé sa vengeance.
Les Gantois aujourd'hui encore obligés de baiser la main de celui qui les a fait souffrir, veulent anéantir ce criminel qui les domine.

Un coup de clairon annonce l'arrivée des conspirateurs et de leur chef Padilla un expert en intrigues. Il a décidé que la vengeance passera par le poison.

Marguerite apparaît dans l'escalier et entend les conspirateurs préparer le complot.. Elle ne connaît pas  Padilla, qui a la parole, alors que les autres l’écoutent. Comme elle n’entend pas la voix de son père elle  pense qu’il  n'est pas impliqué dans le complot.  Il lui est d’ailleurs également impossible de voir les autres conspirateurs. Fortement émue elle étouffe néanmoins un cri ce qui fait sursauter les conspirateurs .Van Ghest les rassure en prétextant le bruit de vent violent à l'extérieur.

MargueriteVan Ghest

Tous sont d'accord de dire que demain – pour l'entrée solennelle de l'Empereur - sera le grand jour de la vengeance:. Duo Van Ghest - Padilla”Couplets dramatiques ”:  ”Pour la patrie et pour l’honneur”.(Pour la patrie et pour l’honneur, Il est de saintes trames, don’t  Dieu même en nos âmes allume la faveur.  De son trône suprême il lance l’anathème au front de l’oppresseur. Pour la patrie et pour l’honneur” (2ième strophe.) Padilla rassure tout le monde: Tout seconde notre dessein. Vigilance et prudence.A demain!.

Coat of arms Gand

Tout le monde se quitte.

Van Ghest reste seul au comble de la joie: « O la vengeance! Demain, demain! O bonheur! O vengeance!

Au loin, la voix de Johan, chantant dans sa barque: « Le ciel brille d’étoiles ».

La voix s’éloigne. Van Ghest a machinalement écouté le pêcheur, et exprime une dernière fois par sa pantomine le bonheur qui l’attend demain ; il monte vivement l’escalier de la tour. La toile tombe.

 
Fin du  la premier  tableau  de l'acte II.

3e ACT

Gand, square of the Friday Market

Lever de rideau au son d'une musique triomphante et d'un défilé en l'honneur de l'Empereur: (Martial brillante) .
La place du marché est entièrement décorée et pavoisée

. Une tribune accueillera l'Empereur pour un coktail en son honneur.



Toute la population de Gand ainsi que les dignitaires sont présents: Van Ghest, Padilla, et tous les autres: Doyens, Echevins, Clercs, Pages, Associations, Seigneurs, Dames, Hommes et femmes du peuple. 
Les trompettes annoncent le discours de l'Empereur. Celui-ci s'adresse à la foule et marque sa satisfaction pour l'hommage qui lui est rendu et souhaite que le passé soit oublié en ce jour de grâce et de faveurs .Et s’il fut parmis vous de félons serviteurs, que l’oubli du passé du présent soit le gage ».



Acclamations par le choeur: « Hourra! Hourra! Hourra!"
 

L'Empereur souhaite trinquer avec les représentants des guildes et les échevins de la ville: Arbitres de nos industries, à vous corps et métiers , doyens des confréries , à vous grands échevins , appui de nos cités, je bois cette coupe….



Mais Marguerite se fraye un passage jusqu'à l'Empereur et l'empêche de boire, en criant:  « Arrêtez!»  alors que son grand-père Van Ghest reconnaît avec stupeur sa petite-fille. Suit alors un grand ensemble  (Larghetto) où  Charles V chante d’abord la mélodie: « Quel est donc ce mystère » et ensuite, en un des moments dramatiques culminants de la partition, Marguerite chante: « Le ciel, exauçant ma prière  a comblé les vœux de mon cœur. Aux coups d’un complot sanguinaire je viens d’arracher l’Empereur ».

Padilla et Van Ghest: « Fille imprudente et téméraire » suivis plus tard par le chœur. L’Empereur exige des explications (Allegro agitato) et Marguerite l’informe que le vin est empoisonné.

L 'Empereur a reconnu Marguerite et ils s'échangent quelques mots confidentiellement. Il la remercie et lui confie qu’il et vérifiera  tout de suite la réalité de son témoignage.

Après quoi il s’adresse aux présents en leur disant: « Approchez, grands doyens , et comme nos aïeux faisaient en pareille occurrence, je veux pour cimenter notre sainte alliance, boire à la même coupe ». Il leur offre l’honneur de boire les premiers du vin qui pétille: buvez, buvez, nobles amis!

Mais les conspirateurs refusent catégoriquement d'accepter l'offre de l'Empereur, celui-ci est dès lors certain  de leur trahison et ordonne de les arrêter et de les livrer au bourreau.

Grand mouvement de la foule.


La scène se termine par un”Ensemble – Final” tourbilonnant (Une pareille offense appelle la vengeance”) 

Marguerite s'écroule lorsque qu'elle découvre que son père fait partie des conspirateurs et qu'il est arrêté. 



4e ACT

MargueriteVanGhestinprison

Nous sommes dans la prison où Van Ghest attend son exécution. 

De la chapelle de la prison nous entendons le chant des prisonnier ”Prions, prions, mes frères pour ceux qui vont mourir”.

Ce chant redouble la fureur de Van Ghest, qui soudainement voit apparaître sa fille qui se jette à ses genoux en implorant son pardon pour sa mort dont elle est la cause. (Duo: « Mon père! – Toi, dans ces lieux! téméraire! ») Elle le supplie à genoux de l’écraser sous sa colère,  oui, elle est coupable et sans espoir. » Pitié pour ma démence. O mon père, vois –moi souffrir. Ne chasse pas de ta présence la pauvre enfant , prête à mourir. Sans le savoir je fus coupable. Que ta colère redoutable ici  me donne  le trépas, mais ne me chasse pas, non, me chasse pas ».

Mais Van Ghest ne veut plus la voir ; « Va –t-en, va-t-en, je ne dois plus te voir . Pour oser invoquer ma pitié, ma clémence, connais-tu mon horrible sentence ? Écoute: » Ils iront sur une même file de la maison de ville devers notre palais la tête et les pieds nus. Vêtus d’une robe blanche, honnis, répudiés, puis en place publique, seront décapités par la main du bourreau.  Va-t-en, va-t-en, pour moi plus rien que le bourreau. »  Elle implore encore mais Van Ghest lui répond que c’est vaine espérance, et vains combats. » Rien ne peut fléchir ma justice. Heureuse que pour ton supplice mon cœur ne te maudisse pas. Je marche au trépas. Tu ne me suivras pas. -  Elle insiste encore, mais vainement: « Au nom du ciel, vois mes combats. Laise-moi fléchir ta justice. Vois mon tourment, vois mon supplice, Mon père, ah! ne me quitte pas. Je suivrai tes pas. Non tu ne mourras pas ».

Mais il la jette loin de lui et sort, la laissant toute désespérée. Le chœur dans la chapelle chante encore « Prions, prions, mes frères » et leurs paroles ont l’odeur de la mort.

Marguerite , restée seule , dans un air très exigeant, adresse une ultime supplique à la Sainte  Vierge:

Récitatif: “Malheureuse, ah, la force abandonne”: La douleur a brisé son courage et son coeur.  Que faire en son malheur ?….

Dans l’air”inspire-moi, Vierge immortelle” elle appelle la reine des anges à son secours et lui prie de l’aider à trouver un moyen pour sauver son père. Puis, soudainement, comme inspirée d’une idée lumineuse, en se levant  elle exclame  avec exaltation: “Ah, déjà l’espérance vient briller à mes yeux ; son pouvoir rend d’avance tout mon coeur radieux. Oui, je sens en mon âme du céleste séjour un rayon qui m’enflamme de courage et d’amour”.

  Une voix mystérieuse - la voix de Dieu – lui donne courage et lui dit qu'elle est innocente. Une voix inconnue , un secret sentiment, inexpliquable,  ont clairement guidé ses pas vers l’Empereur qui l’attire d’une manière quasi magique. Sans le savoir elle s’attache à son sort, sans en savoir le pourquoi.  Cette voix la guide vers l'Empereur car c'est elle qui le sauva d'une mort certaine. C'est donc lui aussi qui peut sauver son père.

Soudainement elle n’a plus de crainte, plus d’effroi: « sante Vierge, guide-moi, guide-moi. Je veux sauver mon père, ah! viens et guide-moi! »

Elle sort vivement tandis que le théâtre change.

5e ACT

KarlVsImperialPalaceinGand

Le palais impérial dit la Cour du Prince (Het Prinsenhof).

Au fond un balcon sur lequel on monte par cinq ou six marches, et qui donne sur la rivière.

L'Empereur donne une grande fête en l'honneur de sa victoire sur Gand maintenant entièrement sous sa domination . Choeur: “Chant d’amour, chant de gloire!”


Nostalgique, l'Empereur pense à son enfance qu'il passa dans cette ville et les liens qui y naquirent.

Recitatif”Je revois ce palais” un asile héréditaire où il a vu le jour et où il a appris à chérir le nom de sa mère….Tout lui rappelle un vivant souvenir: les marbres, les lambris, la magnificence de cette demeure et les jeux de son enfance. Son cœur lui bat de joie et de bonheur en revoyant  et en repensant à tous ces souvenirs merveilleux.: “

De l’air qui suit  (Tout me charme et m’inspire)  nous devinons le lien unique et quasi magique que l’Empereur devait avoir avec la ville de Gand. « Tout me charme et tout m’inspire un transport, une ardeur. Et mon âme en délire s’enivre de bonheur. Magique souvenance qui ravit tous mes sens, je cède à ta puissance, à tes entraînements. Quand sonne la trompe guerrière, quand bat le tambour des combats, quand tonne le canon jetant dans la poussière l’ennemi qui périt dans un noble trépas, la victoire est belle, et la gloire immortelle ravit le conquérant ; Et pourtant, et pourtant, O Divine enchanteresse, qui régnes en ce séjour, rien n’égale ton ivresse, ton plaisir et ton amour. Et c’est pourquoi mon âme en délire s’enivre de bonheur ».

Le Chœur ne peut que faire écho aux pensées nostalgiques de l’Empereur, qui prend place sur son trône , sur quoi les danses commencent.

BALLET:  PAS  DE  TROIS.

L'Empereur est satisfait. Heureux il admire le ballet qui brutalement est interrompu par l'arrivée de Marguerite qui vient le supplier de grâcier son père: “Grâce mon Seigneur, écoute ma prière , grâce, grâce pour mon père”.

L'Empereur qui reconnaît la  séduisante Bohémienne qui lui sauva la vie l'interroge sur l'identité de son père.”Qu’a-t-il fait et quel est son crime, pour implorer merçi?”  Mais Marguerite lui répond qu’il ne connaît que trop bien le crime de son père, qui,”flétri, déshonoré, la rougeur sur le front pour qu’il périsse mieux de honte et d’infamie , au sein de ces plaisirs, au milieu de l’orgie, par tes orders cruels on le traîne aujourd’hui.”

Elle  lui désigne Van Ghest parmi les autres conspirateurs qui passent devant l'Empereur , tête et pieds nus, en longue robe blanche, en route vers l'échafaud.  L’Empereur reconnaît  l’homme qui lui offra humblement les clés de la ville. De ses  sentiments de clémence,  soudainement il n’y a plus de trace:  Éclate alors un grand TRIO ET MORCEAU D’ENSEMBLE (d’abord par l’Empereur, Marguerite, et Van Ghest)  et ensuite par Marguerite , Johan, l’Empereur et le Choeur: “Trahison, Perfidie”dans lesquels tous les personages experiment leurs differents sentiments. Le choeur commente les évènements en tirant la conclusion que  l’Empereur pour venger tant d’outrage se croira délié de son serment de clémence et qu’il sera sans pitié.

C’est exactement ce qui arrive  puisque la colère  de Charles V est telle qu’il commande  ”Que leur supplice sans retard s’accomplisse. Je ne puis  pardonner un forfait aussi grand. Ma fureur les frappera TOUS!”

Marguerite prie et supplie encore: “Vois mon trouble et mon tourment”, mais l’Empereur réplique: “Non, non,  point de pitié , point de pardon!

Folle de désespoir Marguerite exclame alors: “Eh bien, puisque mes pleurs, mes tourments, ma prière ne peuvent rien sur ton coeur trop cruel….Pour toi, mon pauvre père , ta fille ira prier au ciel.”

Elle s’élance sur le balcon et se précipite dans le vide. Cris d’horreur et d’étonnement général.

MargueritedrowninginSchelde

Van Ghest  s’adresse alors à l'Empereur: « Elle meurt à cause de vous alors qu'elle vous a sauvé la vie!  Mais savez-vous seulement que cette fille que j'ai adoptée à sa naissance est le fruit de votre relation avec ma propre fille qui est morte en couches et que j'ai juré de venger!... »

L'Empereur croit rêver et ordonne de porter secours à Marguerite: Juste ciel, au secours! Sauvez, sauvez ses jours. » On entend la voix de Johan dans sa barque sous le balcon. Son chant s’arrête tout à coup.Un grand bruit à l’orchestre suivi d’un silence plein de tension. Puis le Chœur commente et annonce: Un pècheur vient à son secours. Rendons grâce à son adresse. Des flots il a sauvé ses jours. »

 De manière quasi miraculeuse Johan est parvenu à sauver Marguerite et de la ramener au palais.  Il  arrive  portant dans ses bras sa bien aimée, évanouie, la déposant sur un banc de repos, tandis que l’Empereur s’élance vers elle, la priant de reprendre connaissance et de l’écouter.  Duo: « Reviens à toi, ma voix t’appelle ». Charles a oublié sa colère et n’est maintenant plus que tendresse et préoccupation: il  avoue qu’il a été cruel et coupable et lui demande pardon: elle ne pourra pas être inexorable quand son père est à ses genoux.

Marguerite a repris ses sens et  apprend avec surprise et joie qu’il est son père et lui tombe dans les bras. Ils s’abandonnent à un céleste bonheur qui, selon le dire de Charles, « brille et rayonne, alors que Dieu pardonne un moment d’erreur. Livrons à la tendresse notre cœur et nos jours pour toujours, oui toujours.   Marguerite comprend maintenant que c’était la voix de son cœur qui l’appella vers l’Empereur pour lui sauver la vie. Elle confirme aussi la réprocité de ses sentiments pour son père à peine découvert. Ils promettent de se chérir pour toujours.

MargueriteCharlesbeforePrinsenhof

Le bon et fidèle Johan assiste à tout ce dénouement avec étonnement et satisfaction .Son tout petit grain de jalousie était infondé.

Après toutes ces révélations,  devant toute la population Gantoise muette d'étonnement, l'Empereur proclame solennellement que sa fille devient”Marguerite d'Autriche et Princesse Royale" (1).

Johan craint qu'il vient de perdre sa bien-aimée mais l'Empereur le rassure: « Vous me suivrez. Si ton courage un jour, à ton amour fidèle, peut ennoblir ton coeur, tu seras son époux” .Johan remerçie l’Empereur tombant à ses genoux.

S'adressant ensuite aux conspirateurs et à toute  la population  Charles Quint  déclare: « Rappellez-vous en cet instant prospère, que, Gantois comme vous, je reste votre frère, et qu’à ce titre seul je dois vous pardonner. »


Vient ensuite  le CHANT  FINAL:   Presque un hymne combattif, mais typiquement flamand et joyeux, où tout le monde chante”Qu’en ce jour  d’allégresse soient en liesse ensemble Castillans et Flamands, chantons Flandre et Flamands”.

FIN  DU 5 ème et DERNIER  ACTE.

PS: Le chant final apparaît quelque peu différent entre le livret et la partition à disposition.

Le texte du livret est le suivant: Enfants de la patrie, Plus de haine ennemie, Unissons nos serments, Castillans et Flamands.


Cette différence provient peut être d'une modification apportée au texte original lors de la deuxième impression..

 



(1): L'auteur du livret fait ici référence à l'histoire. Marguerite Van Ghest était déjà élevée au rang de princesse de sang royal avant la révolte de Gand. En 1538, elle était déjà duchesse de Parme par son mariage avec Ottavio Farnese, duc de Parme. Le librettiste n'avait pas l'intention de donner une leçon d'histoire. Cette remarque est destinée à ceux qui pourraient trouver que la pièce viole quelque peu la vérité historique.


• 

Le Grand Théâtre Gand where Charles Quint was premiered in January 1857

• Geert Soenen parle du fond nationaliste de l’opéra. Il raconte que Charles Miry et le librettiste Hyppolite van Peene sont aussi les auteurs de l’Hymne Flamand “ De Vlaamse Leeuw “. Charles Quint se termine en fait par une paraphrase sur cet hymne. En soi pas un exploit extraordinaire mais il est curieux de noter que Charles Quint  fut créé au Grand théâtre de Gand  qui, contrairement au théâtre destiné à la  “ populace Flamande “ était le théâtre de l’élite Francophone d’alors.  Et Soenen de dire : “ Et cette élite Francophone applaudissait pour la phrase ; “ La Flandre aux Flamands!”

• Que l’opéra connut un grand succès est révélé par les fort bonnes critiques , et le fait que  ce succès se renouvelait  lors des représentations à Mons, où  Miry , ayant pris à coeur certaines critiques sur la longueur de son oeuvre,  en présentait une version plus  compacte:

GS, HdS, RS  


LES FAITES HISTORIQUES

Joanna the Mad of Castille with her children Karl V & sister

En 1540, Charles V voyagea durant trois mois d'Espagne à Gand. Il voulait d'une part que les Gantois se soumettent et d'autre part il voulait aussi les punir personnellement de ne pas avoir payé leurs impôts et de ne pas respecter son autorité,
Il obligea les bourgeois et les employés municipaux à déambuler au travers des rues de Gand pieds nus avec autour du cou un nœud coulant.

Il y eut une conspiration pour assassiner l'Empereur. . Celle-ci fut préparée par le doyen des Bateliers et les échevins de la ville. Le complot fut déjoué mais l'Empereur voulait que les auteurs soit sévèrement châtiés.

Il condamna à la peine de mort toutes les personnes qui avaient participé au complot. .Mais il en gracia cependant un grand nombre d'entre eux.

L'empereur Charles V découvrit aussi à cette époque sa fille illégitime Marguerite qui devint par la suite Marguerite d'Autriche.

Si il y eut des punitions et des amendes, la ville de Gand lui est malgré tout reconnaissante d'avoir ordonné le creusement du canal de Gand à Terneuse.

L'opéra aura lieu à la date anniversaire de la signature du contrat, à savoir le 29 Avril 1540.

De opstand van 1537

Charles V by Orley

Gent ging al voor Karels geboorte door een tijd van economische neergang, veroorzaakt door teruggang van de lakenhandel en het te lang vasthouden aan verouderde werkmethodes en privileges van de Gentse ambachten. Dat verzwakte Gents concurrentiepositie in de destijds opkomende vrije handelseconomie. Onder de toenemende neergang werd de belastingafdracht aan het centrale gezag na 1515 als steeds onbillijker ervaren, met als uiteindelijk gevolg de opstand van de onderklasse in 1537. Karels vertegenwoordigers werden met steun van de armen aan de kant geschoven door de ambachtsgilden. Gent weigerde vervolgens bij te dragen aan Karels oorlog tegen koning Frans I van Frankrijk. In 1540 volgde Karels antwoord, toen hij met een overmacht aan troepen voor de stadsmuren verscheen. Gent kon kiezen tussen plundering of onvoorwaardelijke overgave. Men koos voor het laatste. Het is op dit punt dat de opera van Karel Miry en Hippoliet van Peene begint.

Van Ghest tot Gheynst en Gheensts

Van Peene meldt in het libretto meermalen dat het hem niet gaat om het scheppen van een historische opera, maar om een vrij werk dat elementen uit Karel V’s wapenfeiten vermengt met theatrale vrijheden. De eerste daarvan betreft de figuur van herbergier en opstandelingenleider Van Ghest. Deze Van Ghest was als Gilles Johan van der Gheenst (of Gheynst) daadwerkelijk de vader van Johanna van der Gheenst (†Brussel 1542),

Keizer Karel with his mistress Johanna van der Gheynst at the birth of their daughter, Margaretha van Parma © Paleis voor Schone Kunsten Gent)

 de moeder van Karel V’s buitenechtelijke dochter ‘Marguerite’ uit de opera. Van Gheenst was in werkelijkheid echter geen herbergier, maar tapijtverkoper van de tapijtmanufactuur van gouverneur Karel I van Lalaing, die tevens kamerheer van Karel V was. De beroepswisseling kwam Van Peene kennelijk beter uit in verband met de scène in de kroeg, die theatraal meer mogelijkheden biedt voor de samenzweringsscène en de kroegkoren.

Historisch correct is het gegeeven dat Karel V onder betovering kwam van Margaretha's moeder, Johanna van der Gheenst. Dit gebeurde in het voorjaar van 1521, toen Karel haar ontmoette ten huize van zijn kamerheer Lalaing. Medio 28 december van datzelfde jaar resulteerde die hartelijke kennismaking in de geboorte van Margaretha. Zoals uit het schilderij van een gelukkige moeder Johanna met Karel aan haar zijde blijkt, overleed Margaretha's moeder in werkelijkheid echter helemaal niet op het kraambed. Van Peene lijkt hier dus vooral in te zetten op de aangesterkte emoties die operacomponisten nu eenmaal graag verklanken.

Margarete’s ouders overleden overigens wel toen het kind nog maar 5 jaar oud was, dit ten gevolge van de pest. Als wees werd Margaretha ook daarna echter niet door opa Van Gheenst opgevoed, maar ten huize van gouverneur Lalaing.

Margaretha van Oostenrijk, hertogin van Parma, landvoogdes der Nederlanden

Margarete von Parma (1522-1586)(Anthonis Mor van Dashorst 1562)Op aandringen van voogd Lalaing erkent Karel Margaretha op 9 juli 1529 als zijn wettige dochter. Vanaf dat moment krijgt zij het recht de titel Margaretha van Oostenrijk te voeren, zoals de opera tot besluit correct vermeldt. Hierbij ligt echter de nodige verwarring op de loer, omdat Karel V’s tante en zuster van zijn vader Filips de Schone eerder al als Margaretha van Oostenrijk bekend stond (naar haar werd Margaretha van der Gheenst zelfs vernoemd). De betiteling is verder nog verwarrend, omdat Margaretha door haar huwelijk met Ottavio Farnese, hertog van Parma, sinds 1538 vooral gekend is als Margaretha van Parma, de latere landvoogdes der Nederlanden voor de naar Spanje vertrokken Filips II. Van visser Johan is in de jeugdjaaren van de in koninklijke geest opgevoedde Margaretha dus nooit sprake geweest.

Met behulp van de Nederlanse adel slaagde Margaretha erin de opstand der Nederlanden te onderdrukken, al kon ze het succes van de reformatie niet tegenhouden. Halfbroer Filips II verving haar daarom in 1567 door de beruchte Hertog van Alva, waarna de opstand opnieuw begon, nu deels met succes. In 1577 werd Margaretha’s zoon Alessandro Farnese landvoogd der Nederlanden. Hij was een schitterend generaal, groot diplomaat en verdraagzaam man die waarschijnlijk Holland had kunnen heroveren, als Filips II hem niet elders had gestationeerd. In 1580 was er even sprake van dat Margaretha terug zou keren om samen met haar zoon te regeren. Van daaraf zijn de bronnen tegenstrijdig. Volgens de ene  hield Alessandro haar bij Namen tegen en stuurde haar terug. Volgens andere bronnen keek ze vanuit Italië trots toe hoe haar zoon succes na succes boekte in De Nederlanden, maar de werkelijkheid lag anders: Margaretha werd opnieuw door Philips II aangesteld om landvoogdes der Nederlanden te worden en zij hoopte deze taak samen met haar zoon te kunnen vervullen. Die weigerde echter omdat hij dat als een stap terug ervoer. Bij haar arriveren te Namen op 26 juli 1580, vroeg hij daarom om zijn ontslag. Als Margaretha daarop in een loyaliteitsconflict tussen de koning en haar zoon raakt, vraagt ze Philips II haar te ontheffen van haar taak. Filips II verordonneert Alessandro vervolgens gouverneur-generaal der Nederlanden te blijven, maar geeft toe aan zijn wens deze funtie alleen te bekleden. Margaretha wordt gesommeerd eveneens te blijven en Namen wordt als een gevangenis voor haar. Pas op 4 januari 1584 (enkele maanden voor Balthasar Gerards op 10 juli Willem van Oranje vermoordt) keert Margaretha terug naar Italië, waar ze op 18 januari 1586 in Ortona overlijdt.

De stroppendragers

Charles V with his English Water Dog (1532 Jakob Seisenegger)De plot rondom intriges van een boze grootvader en een keizer die aan het eind pas ontdekt dat het meisje zijn dochter is berusten dus volledig op de fantasie van Van Peene, behoudens het slot waarin de notabelen een diepe knieval voor Karel V moeten maken. De kennelijke aanstichters van de opstand, Jan de Vocht, Pieter van Aerde, Chaerle…, Lieven van Doorne en Lieven Gheerts werden onthoofd, waarna hun lijken drie dagen lang op wagens werden rondgereden om de stad mores te leren, alvorens ze ter aarde werden besteld. Daarnaast vernederde hij op 29 april 1540 de schepenen, stadsambtenaren, poorters en de dekens van de ambachten door hen blootvoets en gekleed in een zwarte tabbaard richting Prinsenhof te laten paraderen. Daarop volgden de leden van de kleine neringen en de weverij. Helemaal op het einde liepen de armen, gekleed in hun hemd en met de strop om de hals, als symbool voor hun verdiende straf aan de galg. Aangekomen in het Prinsenhof moest de hele stoet geknield vergiffenis afsmeken van de keizer en de landvoogdes. Een deel van de muren van Gent werd daarop geslecht en het Spanjaardenkasteel werd door Karel als dwangburcht gesticht.

Karel ‘de goede’…

Charles V (1532 Amberger)Gent heeft sindsdien een dubbele verhouding met de stadstelg. De gentenaren zouden de vernedering nooit vergeten, maar tooiden zich sindsdien met de geuzennaam ‘stroppendragers’, ten teken van hun dappere verzet. Tijdens de Gentse feesten (ooit door Karel verboden) tooit de Gentenaar zich in processie nog steeds demonstratief met een strop om de hals. Toch maakt het slot van de opera ook duidelijk dat Gent zich bewust is van het feit dat Karel V nadien ook veel goeds voor Gent heeft gedaan. Hij voerde een nieuwe grondwet in, die de macht van de ambachtsgilden verminderde. Daardoor kon de Gentse economie nu wel profiteren van het opkomende spel der vrije markten. Behalve als bestuurlijk hervormer geldt hij vandaag de dag overigens ook als stichter van de Sassevaart, de rechtstreekse verbinding tussen Gent en de Westerschelde. Zo heeft hij uiteindelijk ook veel goeds voor Gent gedaan, hetgeen Van Peene in zijn happy end lijkt te hebben willen vangen.

Op 25 oktober deed Karel V te Brussel vrijwillig afstand van zijn kronen in de Nederlanden ten gunste van zijn zoon Filips II. Karel overleed op 1 september 1558 in het Spaanse Yuste, waar hij zich de laatste jaren bezighield met vissen vanaf zijn balkon en tuinieren.

RS
Met dank aan Hilaire de Slagmeulder, Jan Neckers, Roelof Posthuma

Bronnen:

• Memorieboek der stad Ghent van 't jaar 1301 tot 1793. Deel 2 (C. Annoot-Braeckman, Gent 1854. Bewerking: Andreas van Heule, 2011)
• Voorwoord tot Charles Quint (1857, Hippoliet van Peene)
• Madama. Margaretha van Oostenrijk, hertogin van Parma en Piacenza 1522-1586 (Jane de Iongh, Querido, Amsterdam 1967).
• Apologie van een Rebelse stad (Decavele J. e.a., Antwerpen 1989, 107-113.)
• Keizer Karel achterna: Gent in de eerste helft van de 16de eeuw (Van Bruwaene C., Gent, Dienst voor culturele zaken, 1990)
• Keizer tussen stropdragers: Karel V (1500-1558) (Decavele J. e.a.., Leuven 1990)
• www.gent.be
Margaretha (Jan Siebelink, 2002)(Dit is geen naslagwerk, maar een enerverende roman over het leven van Mararetha van Parma).

 •

vb3Charles Quint (Audio)
Download: € 6.99
lk5Charles Quint (Video)
Download: € 7.99

Componist: Robin de Raaff (1968)
Opera: Waiting for Monroe

Wereldpremière 9 juni 2012
Vervolgvoorstellingen
11,12, 13, 15, 16 juni
Bezetting:

  • Marilyn Monroe: Laura Aikin
  • Gable: Alain Coulombe
  • Joe: Tom Randle
  • Norma Jeane: Hendrickje Van Kerckhove
  • Fox: Dale Duesing
  • John F. Kennedy: John Tessier
  • Robert F. Kennedy: Daniel Belcher
  • Eve: Maria Kowan
  • Paula: Helena Rasker
  • Whitey: David DQ Lee

Nederlands Kamerorkest o.l.v. Steven Sloane
Regie: Lotte de Beer
Scenografie: Clement & Sanôu
Librettto: Janine Brogt

De Nederlandse Opera
Muziektheater
Waterlooplein 1, Amsterdam (NL)
Info: www.dno.nl
Tickets: http://www.dno.nl/index.php?m=tickets

Binnenkort volgt een uitgebreide voorbeschouwing van Waiting for Monroe. Medio 23 april hebben wij een exclusief interview met Robin de Raaff, dat wij begin mei zullen presenteren op het moment dat De Raaff componist van de maand wordt.